Dernières nouvelles

Explorez nos reportages, articles d’opinion et communiqués de presse.

Le 21 mars, le Parlement ougandais a adopté le projet de loi anti-homosexualité, adoptant la loi anti-LGBTQ+ la plus dure au monde. En vertu de celle-ci, l'homosexualité est passible de la réclusion à perpétuité, tandis que "l'homosexualité aggravée" est passible de la peine de mort. Le projet de loi menace non seulement les droits des personnes LGBTQ+, mais il sape et érode l'engagement de l'Ouganda envers les droits humains.

« Malgré les lois déjà en place, le nombre de cas de violence sexuelle et sexiste [SGBV] continue d'augmenter, notamment des cas de viol, de mutilation génitale féminine, d'agression sexuelle et de harcèlement. Cela signifie qu'il est nécessaire d'appliquer ces lois », a affirmé Didier Gbery, responsable du programme de l'ICTJ pour la Gambie, lors de l'ouverture d'un atelier en mars dernier sur l'amélioration de l'accès des victimes de VSBG à la justice. L'atelier était l'un des deux que l'ICTJ a organisés au début de 2023 pour renforcer la capacité des parties prenantes en Gambie à défendre les victimes de VSBG et à leur fournir un soutien vital sensible au genre.

Le nouveau président colombien Gustavo Petro a été élu dans le cadre d'une campagne progressiste visant à renforcer la démocratie, à mettre en œuvre des réformes sociales et à apporter une « paix totale » au pays. Son approche de la paix englobe des négociations politiques avec tous les groupes d'insurgés restants et des dialogues simultanés avec des organisations criminelles visant à leur soumission volontaire à la justice en échange d'une clémence punitive. Mais huit mois après son entrée en fonction, les efforts de Petro pour tenir sa promesse de campagne se heurtent à de nombreux défis.

En 2016, la Commission nationale yéménite chargée d'enquêter sur les violations présumées des droits de l'homme a commencé à documenter les violations commises depuis le soulèvement de 2011 et pendant la guerre civile brutale qui a suivi, qui se poursuit aujourd'hui. À ce jour, la commission a documenté plus de 23 000 atteintes aux droits humains et renvoyé plus de 2 000 cas au procureur général du Yémen pour poursuites. Cependant, aucun verdict n'a été rendu dans aucune de ces affaires. Pour aider les commissaires et les membres de la justice yéménite à faire progresser la responsabilité, l'ICTJ a organisé pour eux un atelier sur les mécanismes de justice transitionnelle. Cependant, pour rendre une justice qui réponde à tous les besoins de réparation des victimes, ces efforts doivent faire partie intégrante d'un processus de justice transitionnelle plus large et multiforme.

Depuis 112 ans, la Journée internationale de la femme est l'occasion de célébrer les réalisations des femmes et de sensibiliser le public à l'inégalité entre les sexes. Le 8 mars, la campagne #EmbraceEquity de cette année mettra en lumière la contribution des femmes dans divers domaines, tout en soulignant les défis auxquels elles sont confrontées dans d'autres industries. L'élimination des obstacles à l'accès des femmes aux ressources économiques, politiques et sociales est fondamentale pour créer et maintenir une société démocratique stable. Souvent, au cœur des régimes répressifs se trouve un effort systématique pour exercer un contrôle sur la vie des femmes. De même, une érosion des droits des femmes dans les démocraties « stables » est souvent le signe avant-coureur d'une attaque plus large contre les droits des citoyens.
L'ICTJ publie un nouveau document d'information, "Réflexions sur la responsabilité centrée sur les victimes en Ukraine". Le document examine les diverses mesures qui ont été prises ou sont envisagées pour enquêter et poursuivre les crimes de guerre et autres violations des droits de l'homme en Ukraine. Il explore la myriade de défis auxquels ils sont confrontés et comment les outils du domaine de la justice transitionnelle peuvent être appliqués en tandem pour rendre justice et réparation aux victimes et jeter les bases d'une Ukraine plus inclusive et démocratique.
La fin de l'année 2022 au Venezuela a été marquée par des signes de volonté de la part de toutes les parties de prendre des mesures concrètes en faveur de la démocratie. Le gouvernement et l'opposition reprennent les négociations et acceptent que les Nations unies gèrent un fonds de milliards de dollars d'avoirs gelés, qui seront progressivement libérés pour faire face à la crise humanitaire du pays. Les États-Unis ont autorisé la société Chevron à reprendre des activités limitées d'importation de pétrole vénézuélien. Enfin, l'Assemblée nationale de 2015 a voté la fin du gouvernement intérimaire dirigé par l'opposition. Bien que ces mesures soient les premières à créer les conditions de confiance entre les parties, elles offrent des opportunités d’améliorer les conditions désastreuses dans lesquelles vivent actuellement de nombreux Vénézuéliens.

Depuis que les talibans ont pris le contrôle de l'Afghanistan en août 2021, le régime a mis en place une série de politiques restreignant sévèrement les médias indépendants et leur donnant un contrôle quasi total sur les médias et leur contenu. Kobra Moradi est avocate et chercheuse auprès de l'Organisation afghane des droits de l'homme et de la démocratie et auteure du récent rapport Afghan Media Under the Taliban: Restrictions and Violations . L'ICTJ s'est entretenu avec l'auteure pour en savoir plus sur l'impact de ces restrictions sur les journalistes et la presse libre, et sur le rôle important que les médias peuvent encore jouer dans un régime aussi répressif.

L'ICTJ et le projet Bridges of Truth lancent Tomorrow We Continue, un nouveau court métrage documentaire d'animation qui suit une jeune mère de deux enfants dont le mari a été détenu et a disparu par les forces de sécurité en Syrie il y a quelques années. Le film emmène le spectateur dans son voyage en tant que réfugiée à la recherche de sécurité à Berlin et dépeint les luttes quotidiennes qu'elle rencontre une fois installée alors qu'elle essaie de gagner sa vie et de s'occuper de ses enfants tout en continuant à chercher son mari. Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, plus de 100 000 personnes ont été portées disparues ou détenues arbitrairement. Les familles qu'ils laissent derrière eux peuvent se déplacer vers des endroits plus sûrs en tant que réfugiés, mais la recherche de leurs proches persiste partout où ils vont. Ce film est une de leurs histoires.
Les États-Unis n'ont jamais affronté collectivement leur histoire de colonialisme, d'esclavage et de racisme dans le but de réformer les systèmes qui perpétuent les torts causés aux communautés noires et aux autres groupes marginalisés, ou de réparer ces torts. Cependant, les événements de ces dernières années ont amplifié les appels à une action significative pour tenir compte du passé. Étant donné que la recherche de la vérité fait partie intégrante de l'enquête sur les torts passés, l'ICTJ et une coalition de praticiens de plusieurs cabinets d'avocats ont publié un nouveau rapport qui examine les expériences des commissions de vérité officielles du monde entier afin d'identifier les considérations pertinentes pour les parties prenantes américaines.