58 Résultats

Il peut sembler trivial pour moi d'écrire sur les raisons pour lesquelles ceux qui continuent de marquer le 17 juillet comme la "Journée de la justice internationale" devraient enfin cesser de l'appeler ainsi. De nombreux groupes de défense des droits humains (y compris l'ICTJ), des agences des Nations Unies et des gouvernements utilisent publiquement cette expression depuis 2010. C'est pour les victimes de violations massives et systématiques des droits humains, y compris les abus qui constituent des crimes internationaux en vertu du Statut de Rome, est important de mettre fin à l'idée fausse que l'expression encourage.

Le rôle de la participation des victimes dans les procédures pénales internationales, que ce soit devant des tribunaux internationaux, hybrides ou nationaux, fait depuis longtemps l'objet d'un débat public parmi les praticiens de la justice pénale et les militants des droits de l'homme. Au lendemain...

Cette année marque le 50e anniversaire du mouvement hip hop. Pour honorer ses contributions à la lutte pour la justice, la vérité et l'égalité, la Fondation Skoll a organisé une table ronde et un concert mettant en vedette des artistes hip-hop, dont le cofondateur du légendaire groupe de rap Run-DMC Darryl McDaniels et le rappeur et producteur colombien Ali alias Mind. , dans le cadre de son 20e Forum mondial qui s'est tenu en avril à Oxford, au Royaume-Uni. ICTJ, qui a reçu le prix Skoll pour l'innovation sociale en 2009 et s'est associé à la Fondation Skoll depuis, a invité Ali alias Mind en tant que représentant de Rexistencia Hip Hop, un laboratoire de mentorat artistique et de création dirigé par le bureau de l'ICTJ en Colombie et les médias latino-américains. outlet et fondation Cartel Urbano.

Tout au long de l'année 2023, les experts de l'ICTJ ont offert leur point de vue unique sur les dernières nouvelles à travers le monde dans le cadre du Rapport mondial. Leurs commentaires perspicaces ont mis en lumière l’impact de ces événements sur les victimes de violations des droits humains ainsi que sur les luttes plus larges pour la paix et la justice. Dans cette édition, nous revenons sur l'année écoulée à travers la rubrique Choix de l'Expert.

Il y a huit ans, l'Assemblée générale des Nations Unies a déclaré le 19 juin Journée internationale pour l'élimination de la violence sexuelle dans les conflits dans le but de sensibiliser le public à cette tactique de guerre endémique; honorer les innombrables victimes et survivants à travers le monde, ainsi que ceux qui travaillent pour mettre fin à ces violations; et finalement éradiquer cette pratique déshumanisante. L'histoire a montré que chaque fois qu'il y a une crise politique ou sécuritaire juxtaposée à une réponse militarisée, la violence sexuelle liée au conflit est déployée comme une tactique pour soumettre, déshumaniser et terroriser les civils et les opposants.

Dans les sociétés aux prises avec des conflits ou de la répression, les personnes LGBTQ+ sont souvent ciblées par la violence et la discrimination et subissent certaines des violations des droits humains les plus cruelles. En 2022, Colombia Diversa a commencé à collaborer avec des membres d'ASFADDES, une importante association de parents de personnes disparues en Colombie. En juin, 24 représentants des deux organisations se sont réunis à Bogotá pour une série d'ateliers au cours desquels ils ont échangé des connaissances et des meilleures pratiques et développé une meilleure compréhension de la manière de rechercher des personnes LGBTQ+ disparues.

Centre international pour la justice transitionnelle L'Accord de paix final signé en 2016 entre les guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC-EP) et le gouvernement colombien a créé un système de justice transitionnelle ambitieux et innovant appelé le Système global de vérité...

New York, le 18 janvier 2022— Le Centre International pour la Justice Transitionnelle (ICTJ) a le plaisir d'annoncer le concours artistique "Wide Awake", un appel ouvert aux artistes libanais(e)s et tunisien(e)s ainsi qu'aux artistes vivant au Liban ou en Tunisie pour explorer le thème "le son de la...

Le 28 novembre, l'ICTJ organisera une conférence internationale pour explorer les synergies entre réparations et développement durable à Bogota, en Colombie. L'événement, intitulé « Faire progresser les droits des victimes et reconstruire des communautés justes : un dialogue international sur les réparations et le développement durable », réunira les partenaires de l'ICTJ de Gambie, de Tunisie et d'Ouganda ainsi que des représentants de la société civile et du gouvernement de Colombie pour discuter des stratégies locales. pour faire progresser les réparations pour les violations des droits humains et comment réparer les victimes et les communautés affectées peut contribuer au développement local et national. A cette occasion, l'ICTJ lancera également un nouveau rapport de recherche sur le sujet.

Avec l'investiture du nouveau président colombien le mois dernier, l'optimisme pour le processus de justice transitionnelle en cours dans le pays est à son comble. Le président nouvellement élu, Gustavo Petro, a fermement affirmé son engagement à mettre en œuvre l'accord de paix et à garantir que la...

En 2021, la République centrafricaine a créé la Commission Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation (CVJRR) pour établir la vérité, obtenir justice et restaurer la dignité des victimes, en vue de parvenir à terme à la réconciliation nationale. Dans ce pays fragile, meurtri par des épisodes successifs de violences, la justice, au sens le plus large, a toujours été et reste une revendication de toujours des victimes. Après une longue phase d'opérationnalisation, la CVJRR s'apprête enfin à commencer à enregistrer et à entendre les témoignages des victimes. La première étape de ce processus est la prise de déclaration, qui nécessite de prendre en compte plusieurs facteurs clés pour réussir.

Le 29 février 2024, le Comité technique mixte Gambie-Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest a tenu sa réunion inaugurale sur la création d'un tribunal hybride chargé de demander des comptes aux personnes responsables des violations flagrantes des droits humains commises dans le pays entre juillet 1994 et janvier 2017 sous la dictature de l’ancien président Yahya Jammeh. Un tel tribunal internationalisé offre l’opportunité de responsabiliser pénalement les victimes et la société gambienne dans son ensemble. Il s'agit également de la dernière étape du parcours de justice transitionnelle de la Gambie.

« Malgré les lois déjà en place, le nombre de cas de violence sexuelle et sexiste [SGBV] continue d'augmenter, notamment des cas de viol, de mutilation génitale féminine, d'agression sexuelle et de harcèlement. Cela signifie qu'il est nécessaire d'appliquer ces lois », a affirmé Didier Gbery, responsable du programme de l'ICTJ pour la Gambie, lors de l'ouverture d'un atelier en mars dernier sur l'amélioration de l'accès des victimes de VSBG à la justice. L'atelier était l'un des deux que l'ICTJ a organisés au début de 2023 pour renforcer la capacité des parties prenantes en Gambie à défendre les victimes de VSBG et à leur fournir un soutien vital sensible au genre.

Le Centre international pour la justice transitionnelle et le Comité des disparus au Liban lanceront Les Moulins de nos cœurs, un livre de courtes histoires écrites par 15 femmes des familles des disparus au Liban. La cérémonie de lancement et de signature du livre aura lieu le premier juin à Dar El- Wardieh, Hamra-Liban.

L'ICTJ et le Consortium des organisations éthiopiennes des droits de l'homme ont organisé conjointement un événement national pour accroître la participation significative des victimes et de la société civile au processus de justice transitionnelle en Éthiopie. L'événement a réuni des responsables du gouvernement éthiopien et des décideurs politiques, des représentants de la société civile, des membres des médias et des parties prenantes internationales pour discuter de stratégies visant à garantir que les victimes et les préoccupations liées au genre restent au centre des efforts en cours dans le pays pour faire face aux problèmes récents et passés. la violence et ses conséquences.

Même si les parties à la guerre au Yémen ne parviennent pas à prolonger le cessez-le-feu négocié par l'ONU, les contrôleurs de terrain de la Commission nationale chargée d'enquêter sur les violations alléguées des droits de l'homme (NCIAVHR) continuent de documenter et d'enquêter sur les violations...

Qutaiba Idlbi and Nousha Kabawat Dans le cadre de ses efforts continus pour soutenir les organisations de la société civile syrienne cherchant à mettre fin aux disparitions forcées en Syrie, l'ICTJ a organisé une visite aux États-Unis pour les membres de deux importantes associations familiales...

Au lendemain d'un conflit armé ou d'une répression, les communautés luttent souvent pour reconstruire les relations sociales qui ont été endommagées ou détruites par la violence et les abus. La justice réparatrice peut jouer un rôle précieux dans ces sociétés, en réunissant les personnes qui ont été lésées par des crimes et les individus responsables de ces dommages, souvent sous la forme d'un dialogue, pour traiter de l'infraction et de ses conséquences. Un nouveau rapport de recherche de l'ICTJ offre un aperçu et des conseils sur l'utilisation d'un cadre de justice réparatrice pour répondre aux violations massives et graves des droits humains, en s'appuyant principalement sur les expériences de la Colombie, de la Sierra Leone, de la Tunisie et de la région Bangsamoro aux Philippines.

Le 25 octobre, l'Union africaine (UA) et l'Union européenne ont officiellement lancé leur Initiative conjointe pour la justice transitionnelle en Afrique (ITJA) à Addis-Abeba. Le projet se déroulera sur une période de trois ans et promouvra les processus nationaux de justice transitionnelle en Afrique, conformément à la politique de justice transitionnelle de l'UA et à sa feuille de route. L’ITJA présente plusieurs caractéristiques uniques qui, si elles sont adoptées et mises en avant par tous les acteurs, ont le potentiel d’ouvrir la voie à une voie nouvelle et inspirante vers la paix, la justice et le développement durable sur le continent africain.

L'ICTJ plaide pour l'inclusion de la santé mentale et du soutien psychosocial (SMSPS ) dans toutes les initiatives de justice transitionnelle et entreprend des recherches sur les meilleures pratiques dans ce domaine. Virginie Ladisch, experte principale de l'ICTJ, dirige ce travail. Elle est l'auteure principale du prochain rapport, « La recherche du bien-être des personnes » : intégration d'une approche psychosociale à la justice transitionnelle . Dans cette interview, Ladisch discute de l'importance de la SMSPS pour la justice transitionnelle et de son travail sur le sujet.

Rendre justice aux victimes de violations des droits humains dans des contextes fragiles tels que la République centrafricaine (RCA) est difficile pour des raisons liées non seulement à la stabilité, à la capacité et à la volonté politique de l'État, mais également aux inégalités soci...

A young girl stands in the doorway to her house

En février 2024, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a organisé un événement à Séoul, en Corée du Sud, marquant le 10e anniversaire de la publication du rapport de la Commission d'enquête des Nations Unies sur les droits de l'homme en République populaire démocratique de Corée. Ruben Carranza, expert principal du ICTJ, a pris la parole lors de l'événement et a discuté des leçons tirées des formes non judiciaires de responsabilité. Dans cet entretien, il explique pourquoi une approche plus large de la justice transitionnelle est nécessaire et comment les mesures de justice transitionnelle peuvent contribuer à promouvoir la paix et une éventuelle réunification dans la péninsule.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues du Kenya le 27 janvier après le meurtre horrible de plus d'une douzaine de femmes pour dénoncer la violence à l'égard des femmes et exiger que des mesures soient prises pour y mettre fin. Les manifestants se sont ensuite rassemblés à Nairobi le 14 février pour une veillée de la Saint-Valentin en hommage aux plus de 30 femmes assassinées dans le pays jusqu'à présent cette année et pour faire pression sur le gouvernement afin qu'il déclare le fémicide et la violence à l'égard des femmes une urgence nationale et qu'il établisse une commission pour y remédier. crimes et briser ainsi le cycle de l’impunité. Ces efforts sont louables et inspirants. Cependant, les violences physiques et sexuelles contre les femmes et les féminicides – parfois perpétrés par des agents des forces de l'ordre censés les protéger, comme le prévoit la Constitution kenyane de 2010 – persistent au Kenya depuis des décennies.

L'Union africaine et l'Union européenne ont officiellement lancé un projet de trois ans pour soutenir les États membres de l'UA dans leur intégration de la politique de justice transitionnelle de l'Union africaine et la mise en œuvre de processus de justice transitionnelle au niveau national. Le projet, baptisé Initiative pour la justice transitionnelle en Afrique, sera mis en œuvre par un consortium de trois organisations dirigé par le Centre international pour la justice transitionnelle, l'African Transitional Justice Legacy Fund et le Centre pour l'étude de la violence et de la réconciliation.